DU - Médecine - Médecine péri-opératoire et réhabilitation précoce

  • Composante:
    • Faculté de médecine Paris 5
  • Type de diplôme: Diplôme d'université
  • Domaine: Sciences, Technologies, Santé
  • Niveau d'étude visé: BAC +5
  • Formation initiale
  • Formation continue

Présentation et compétences visées

Présentation

Niveau requis en entrée : > BAC+5

Durée de la formation : 100 heures réparties sur 1 année uiniversitaire

Forme de l'enseignement : Enseignement en présentiel

Depuis le début des années 80, la prise en charge péri-opératoire des patients a énormément évolué, aussi bien sur le plan chirurgical, qu’anesthésique. Une meilleure connaissance des effets du stress opératoire, de l’impact des co-morbidités, l’apparition de nouvelles techniques chirurgicales et anesthésiques, ainsi qu’une meilleure gestion des moyens en péri-opératoire, ont permis de réduire la morbi-mortalité, notamment pour les patients à risques bénéficiant de chirurgies majeures. Des modifications organisationnelles comme la mise en place d’une consultation pré-anesthésique et l’ouverture de salles de surveillance post-interventionnelle ont également participé à cette évolution.

Le concept de réhabilitation précoce (Enhanced Recovery After Surgery) est ainsi apparu au cours des années 90, sous l’impulsion de chirurgiens scandinaves (1).

Ce concept est basé sur le constat, que le stress (ou agression) chirurgical est responsable de modifications hormonales, métaboliques et physiologiques qui vont ralentir la convalescence, favoriser la survenue de complications, et donc, la capacité du patient à retourner à son domicile.

Aux effets naturels de l’agression opératoire sur le métabolisme, d’autres facteurs peuvent se surajouter et aggraver les conséquences du stress : la douleur postopératoire, le jeun préopératoire, le maintien d’un apport hypocalorique pendant plusieurs jours en postopératoirs, des apports hydriques excessifs en per et post opératoires, ainsi que l’hypothermie per opératoire vont faciliter la survenue de complications cardiaques, pulmonaires ou infectieuses. L’alitement et l’immobilité associés à une analgésie insuffisante en post opératoire vont entrainer une fonte musculaire, qui va aggraver le déficit azoté et favoriser les complications de décubitus, en particulier thromboembolique. Enfin, d’autres facteurs intrinsèques au patient, comme une dénutrition, une immunosuppression dans un contexte carcinologique, un tabagisme actif, une pathologie métabolique ou cardiovasculaire vont également avoir un impact négatif sur les suites opératoires.

Les programmes de réhabilitation précoce ont, à ce jour, été principalement développés en chirurgie digestive (2) et dans une moindre mesure en chirurgie urologique (3).

Ils permettent de diminuer le taux de complications post opératoires, la durée moyenne de séjour, ainsi que la durée de convalescence. Ils induisent ainsi une réduction des couts pour les établissements de santé, mais également pour le système de santé.

Ce Diplôme Universitaire de Médecine péri opératoire aborde de manière transversale, les moyens de mettre en place des programmes de réhabilitation précoce, notamment pour les chirurgies abdomino pelviennes, afin d’améliorer la qualité des soins péri-opératoires. Les conséquences physiologiques du stress opératoire, l’identification des comorbidités, les procédures chirurgicales et anesthésiques, les modifications organisationnelles, l’utilisation des ressources humaines et matérielles, la mise en place d’audits, la sécurisation du retour à domicile, la continuité des soins entre l’établissement de santé et la ville sont les thèmes abordés lors de cet enseignement.

1.Kehlet H. Multimodal approach to control postoperative pathophysiology and rehabilitation. British journal of anaesthesia. 1997 May;78(5):606-17.

2.Alfonsi P, Slim K, Chauvin M, Mariani P, Faucheron JL, Fletcher D; working group of the Société française d’anesthésie et réanimation (SFAR); Société française de chirurgie digestive (SFCD). French guidelines for enhanced recovery after elective colorectal surgery. J Visc Surg. 2014 Feb;151(1):65-79.

3.Cerantola Y, Valerio M, Persson B, Jichlinski P, Ljungqvist O, Hubner M, Kassouf W, Muller S, Baldini G, Carli F, Naesheimh T, Ytrebo L, Revhaug A, Lassen K, Knutsen T, Aarsether E, Wiklund P, Patel HR. Guidelines for perioperative care after radical cystectomy for bladder cancer: enhanced Recovery After Surgery (ERAS(®)) society recommendations. Clin Nutr. 2013 Dec;32(6):879-87.

Objectifs

  • Mettre en œuvre les compétences transversales nécessaires à une préparation optimale de l’opéré
  • Comprendre les principes physiologiques, métaboliques et hormonaux de la réhabilitation précoce
  • Etre en mesure d’organiser un protocole de réhabilitation précoce, dans son Etablissement de Santé 
  • Coordonner le retour à domicile avec le médecin référent, ou dans une structure d’aval, en s’assurant de la continuité des soins et de la mise en œuvre du plan personnalisé de soins.

Responsable(s)

Baumert Hervé

Responsable du diplôme et Coordinateur pédagogique

Alfonsi Pascal

Responsable du diplôme

Etablissement

Etablissement