Master Sciences sociales parcours Migrations, racisme, altérités

  • Composante:
    • UFR INSTITUT HUMANITES SCIENCES ET SOCIETES
  • Type de diplôme: Master (LMD)
  • Domaine: Sciences humaines et sociales
  • Mention: Sciences sociales
  • Niveau d'étude visé: BAC +5
  • Durée 1 an
  • 120 crédits ECTS
  • Formation continue
  • Formation initiale

Présentation et compétences visées

Présentation

Le Master « Sociologie et Anthropologie : politique, culture et migrations » comporte une spécialité « Migrations Racisme Altérités » (MIRA) qui s’inscrit dans la continuité de l’ancienne spécialité « Migrations & Relations interethniques » (MIRI). Elle propose aux étudiant-e-s un dispositif d’enseignement spécialisé adossée à un laboratoire, l’Unité de recherches Migrations et Société (URMIS) qui regroupe des enseignants-chercheurs des Universités de Paris et de Nice-Sophia Antipolis et des chercheurs du CNRS et de l’IRD.

 

La spécialité de Master MIRA s’adresse aux étudiant-e-s qui veulent :

- Se professionnaliser dans le domaine des relations interethniques, des phénomènes migratoires et le champ de la lutte contre les discriminations et le racisme ;

- Inscrire leurs recherches dans un domaine qui a connu des avancées majeures au cours des dernières années et qui constitue désormais un champ thématique important dans les sciences sociales françaises.

Objectifs

La spécialité MIRA est ancrée dans les champs disciplinaires de la sociologie et de l’anthropologie. En partant de l’apprentissage des outils méthodologiques et théoriques de ces disciplines, elle s’ouvre à plusieurs autres en faisant appel à des historiens, des civilisationnistes, des démographes, des géographes, des juristes et des politistes.

 

Cette spécialité est axée sur l’analyse des situations de contact durable entre des individus et des groupes d’origines diverses, induites notamment par les migrations de populations et les circulations immatérielles. Elle se propose d’analyser les transformations dues à ces mobilités tant dans les pays de départ que dans les pays d’accueil et de transit.

 

Le cursus est spécifique par son objet et par les relations qu’il permet de faire entre recherche fondamentale et recherche appliquée, entre demande sociale et intervention publique. L’orientation pédagogique combine, d’une part, une formation rigoureuse à la démarche empirique qui suppose que tou.te.s les étudiant-e-s appuient leur réflexion sur une enquête originale. D’autre part, les étudiant-e-s sont formé-e-s à la réflexion sur des questions théoriques fondamentales dans les sciences sociales : les rapports de pouvoir et de domination, la production symbolique des identités collectives, la cohésion sociale et le conflit, l’analyse des processus sociaux de catégorisation, l’étude des phénomènes culturels.

Si tous les mémoires de M2 doivent s’appuyer sur des données empiriques originales, le mémoire d’étape, soutenu au terme de l’année de M1, pourra quand l’étudiant-e travaille sur un terrain lointain, prendre la forme d’un document présentant une solide revue de la littérature et une réflexion poussée sur la méthodologie d’enquête envisagée, la collecte des matériaux pouvant alors se faire pendant l’été entre le M1 et le M2 ou au cours de l’année de M2.

 

Les étudiant-e-s pourront également bénéficier d’enseignements de pré-professionnalisation, dispensés par des personnes exerçant elles-mêmes dans les domaines concernés. Il s’agit de permettre aux étudiant-e-s d’acquérir des compétences spécifiques comme :

- La connaissance des questions juridiques concernant les étrangers et les discriminations ;

- La connaissance des politiques migratoires françaises et européennes ;

- La connaissance des différentes institutions, collectivités publiques, associations, ONG, etc. ayant à gérer les questions des flux migratoires ou des relations interethniques ;

- Le repérage et le traitement de la discrimination ;

- Les relations entre migrations, genre et développement en collaboration avec le Centre d’Enseignement, de Documentation et de Recherche pour les Etudes Féministes (CEDREF).

 

Compétences visées

Le programme d’enseignement proposé a pour objectif de :

1/ Familiariser les étudiant-e-s avec le corpus des textes théoriques fondamentaux concernant les processus migratoires et les relations interethniques, et leur présenter les avancées les plus récentes des recherches françaises et étrangères dans ce domaine ;

2/ Leur permettre de se repérer dans les réalités sociales et politiques tout en se situant dans le débat épistémologique grâce au maniement des concepts, schémas explicatifs, théories mises en œuvre dans le domaine des migrations et des relations interethniques en France et dans d’autres pays ;

3/ Les initier aux outils méthodologiques de collecte et de traitement de données (méthodes d’enquêtes de terrain, analyses documentaires, de discours, statistiques) appliqués à l’étude des migrations et des relations interethniques ;

4/ Les former à la démarche comparative en prenant en compte une variété de situations de contact de populations dans le monde, induites par divers processus tels que les conquêtes, la colonisation, la mondialisation, l’urbanisation, le redécoupage de frontières, etc.

 

Responsable(s)

Poiret Christian

Responsable L2


Tél : 0157276492

Email : christian.poiret @ univ-paris-diderot.fr

Cognet Marguerite


Tél : 0157276484

Email : marguerite.cognet @ univ-paris-diderot.fr

Et après

Poursuite d'études

Outre la possibilité de s’inscrire en thèse, les débouchés ne se limitent pas à ceux offerts par le CNRS, l’IRD ou les universités. D’ores et déjà, les étudiant-e-s diplômé-e-s du Master MIRI sont sollicité-e-s pour des emplois concernant la recherche, des études finalisées et des recherches-actions dans les collectivités territoriales et locales, les entreprises, les syndicats et les différentes institutions spécialisées dans le domaine. Elles-ils le sont également pour des emplois de documentation et de formation spécialisées. Enfin, les associations, les ONG, les organismes internationaux font appel à leur compétence, comme le montrent les enquêtes sur le devenir des diplômé-e-s.

 

Les modules de pré-professionnalisation ont été élaborés en partenariat avec une série d’institutions (associations, organismes de recherche et d’intervention publics, parapublics et privés, organismes de diffusion scientifique, etc.) et d’acteurs professionnels susceptibles de constituer le réseau d’appui intellectuel et professionnel de cette spécialité. Ce partenariat a pour objectif d’assurer le lien entre la recherche et les différentes formes d’intervention.

 

 

Etablissement

Etablissement

Lieux de formation