MASTER Biologie cellulaire physiologie et pathologie - Spécialité Biologie du vieillissement

  • Composante:
    • Faculté de médecine Paris 5
  • Type de diplôme: Master (LMD)
  • Domaine: Sciences, Technologies, Santé
  • Mention: BIOLOGIE CELLULAIRE, PHYSIOLOGIE ET PATHOLOGIE
  • Spécialité: BIOLOGIE DU VIEILLISSEMENT
  • Niveau d'étude visé: BAC +5
  • Durée 2 ans
  • 120 crédits ECTS
  • Formation initiale
  • Formation continue

Présentation et compétences visées

Présentation


Pourquoi une spécialité en Biologie du Vieillissement ?

La Biologie du Vieillissement est une jeune discipline en plein essor qui doit contribuer à relever le défi des enjeux socio-économiques actuels. La recherche de pistes thérapeutiques nouvelles permettant de retarder ou d’améliorer la vieillesse implique l’étude des mécanismes cellulaires de la sénescence et des pathologies associées : fondamentaux (apoptose, télomères, cellules souches, modèles animaux), physiopathologiques (nutrition et syndrome métabolique, athérosclérose, cancer, ostéoporose, sarcopénie) et neuropathologiques (Alzheimer, Parkinson). La Biologie du Vieillissement, c’est ainsi l’application d’approches moléculaires et cellulaires sur des modèles intégrés répondant à des questions médicales.

Pourquoi ce M2 en particulier ?


Nous avons une vision globale de la Biologie du Vieillissement et nous offrons une formation à la recherche basée sur une approche générale des mécanismes du vieillissement évitant tout cloisonnement disciplinaire. Nous couvrons l’ensemble des thèmes et tous les aspects techniques de la biologie du vieillissement. L’originalité de cette formation pionnière, créée en 1990 (sous forme du DEA national de Biologie du Vieillissement) est sa collaboration de longue date avec l’industrie qui permet de familiariser les étudiants avec ce secteur d’activité économique et de leur montrer l’intérêt et les usages de la recherche appliquée, et ce dans un cadre convivial. L’équipe pédagogique et les laboratoires d’accueil rassemblent les meilleurs spécialistes du domaine en France et au niveau international. Les intervenants viennent de toute la France – et quelques-uns de l’étranger. Ils sont des responsables d’équipes de recherche, pouvant accueillir des étudiants de Master (M1 et M2) et des doctorants.

Pourquoi s’engager dans la voie «recherche» et des études longues en sciences ?

Pour les étudiants à parcours scientifique, l’obtention d’un Doctorat ouvre un nombre de perspectives de carrières beaucoup plus vaste, que ce soit en France ou à l’étranger, avec des niveaux de responsabilités et de rémunération qui sont rarement atteints si les études sont interrompues au niveau du Master. Les deux conditions fondamentales sont la motivation et la capacité de faire, ou non, un travail de thèse. Une fois arrivé au niveau Master, sachant que la thèse se fait obligatoirement avec un salaire, c’est perdre une grande opportunité si un étudiant ne va pas au bout de cette démarche.

Objectifs

Le M2 de Biologie du Vieillissement est une formation scientifique à (et par) la recherche translationnelle sur les mécanismes cellulaires et moléculaires du vieillissement, visant à développer la recherche de pistes thérapeutiques nouvelles pour retarder et améliorer la vieillesse.

Les enseignements académiques du 1er semestre et les laboratoires d’accueil de stage couvrent tous les concepts et modèles de ce champ de connaissances récent et en plein essor, de façon délibérément transversale aux disciplines classiques de la Biologie. Le vieillissement touche en effet tous les types cellulaires, tissus et organes, selon des mécanismes en partie universels. Les enseignements sont des cours présentiels de type « conférence plénière » de congrès scientifiques, par des chefs d’équipe de recherche sur tous les concepts et modèles actuels du domaine. Ces conférences sont regroupées à l’échelle du semestre en 4 modules thématiques de 4 jours, dont 2 au moins sont organisés dans des centres hospitalo-universitaires à partenariat industriel (cf « organisation »).

Le public d’étudiants (20 places) est équi-réparti entre d’une part des biologistes directement issus de cursus en biochimie, biologie moléculaire, biologie cellulaire, génétique, et d’autre part des médecins au niveau Internat et pharmaciens

Compétences visées

Compétences à acquérir :

  • Connaissances théoriques et pratiques pour la maîtrise des concepts et mécanismes de la biologie du vieillissement pour la recherche fondamentale ou clinique.
  • Sensibilisation des étudiants scientifiques aux méthodes et contraintes de la médecine et formation des médecins à la démarche expérimentale.

Responsable(s)

Legay Claire

Responsable de mention

Email : claire.legay @ parisdescartes.fr

Moyse Emmanuel

Responsable de la spécialité

Cente INRA de Tours
Unité PRC (UMR 85 INRA)
37580 Nouzilly
Tél : 06 20 95 00 97

Email : emmanuel.moyse @ univ-tours.fr

Admission

Pré-requis nécessaires

Master 2

  • 4 années d’études de santé validées*
  • UMR du parcours BCPP – voir la page du Parcours BCPP
  • étudiants en santé : prérequis en fonction du cursus, à déterminer si besoin avec le responsable pédagogique

* ou 3 années d’études médicales, à titre dérogatoire

 

Et après

Poursuite d'études

A court-terme, la suite logique de ce M2 est la préparation d’une thèse de Doctorat, qui est obligatoirement salariée (sur concours, ou sur dossier pour les médecins) et dont l’obtention ouvre des perspectives de carrière beaucoup plus vastes que le diplôme de Master.

Insertion professionnelle

  • Chercheur ou enseignant-chercheur dans les domaines de Biologie-Santé, sur les mécanismes biologiques du vieillissement
  • Chef de projet dans l’industrie pharmaceutique
  • Chef de service hospitalier et/ou enseignant hospitalo-universitaire, en gériatrie et gérontologie

Etablissement

Etablissement

Lieux de formation